Voir toutes nos destinations et activités

Stage dispensaire au Surin: le témoignage de Léa

Thaïlande
Voir tous les programmes
Stage A Letranger

 

Mon stage infirmier en Thaïlande 

 

Léa, Camille, Morgane et Priscilla, étudiantes à l'IFSI Croix-Rouge d'Aleçon, ont choisi Freepackers pour organiser leur stage médical en Thaïlande. Elles ont partagé leur rapport de stage pour nous faire part de l'expérience.

 

 

Dans le cadre de notre stage à l’étranger, nous élaborons un rapport de stage. Avant de débuter, quelques remerciements… Un grand merci à nos formateurs, la directrice de l’IFSI, pour la confiance et le soutien apporter à notre projet ! Nous remercions également toute l’équipe de «Takook Hospital » et de l'ONG pour leur accueil, leur disponibilité ! Ainsi, tous nos partenaires : communes respectives, magasin casa d’Alençon… Et enfin à nos proches, familles, amis qui nous ont suivi sur les réseaux sociaux !

 

Un message aux prochains aventuriers…  Si vous avez l’opportunité de créer un projet à l’étranger, foncez !

 

Autonomie, responsabilité, humanité, partage, solidarité garantis ! C’est une expérience exceptionnelle, enrichissante, qui nous a fait grandir professionnellement et personnellement tant par la culture que par les réseaux de santé étranger.

 

lea-guilbert-02.jpg

 

Organisation du système de santé (national, stage d’accueil)

 

La formation infirmière se déroule sur 4 ans. L’infirmière thaïlandaise exerce plus d’activité et de compétences que l’infirmière en France. En effet, au dispensaire l’infirmière suture, rédige des prescriptions médicales, établit un diagnostic par exemple. De plus, les services de santé sont assurés par le secteur public à environ 70 %. Il existe de nombreux hôpitaux et centres médicaux dans tout le pays, même dans les régions les moins fréquentées.

 

lea-guilbert-01.jpg

 

Présentation du stage : (acteurs, activité, vie étudiant esi) 

 

Notre centre de soins se situe dans une zone rurale qui propose des consultations externes à la population locale. Le dispensaire traite un large éventail de pathologies : diabète, hypertension, blessures ou infections cutanées. Tout le personnel du centre médical - médecins et infirmiers - est pleinement qualifié pour administrer des soins médicaux en Thaïlande. Leur rôle est de diagnostiquer les problèmes de santé et de traiter les pathologies de la population locale.

Activités de soins : réfection de pansements, physiothérapie, vérification des dents des enfants, étirement des membres, points de suture sur un poulet, initiation aux massages Thaï, préparation des sets de stérilisation, journée ophtalmologique…

 

Nous étions accompagnées par des coordinateurs traducteurs Thaï-anglais afin de pouvoir communiquer avec les patients thaïs. Ils s’occupaient également de la logistique (transports quotidien sur le lieu de stage, organisation de nos week-ends..), nous épaulaient dans nos soins.

 

lea-guilbert-04.jpg

 

Les écarts entre le départ et le retour (représentations et objectifs):

 

Objectifs du projet : rappel :

 

- Apprendre une nouvelle culture, à s’adapter, la comprendre : connaissance pour prendre en charge des patients asiatiques en France = prise en soin individualisé, de bonne qualité par notre expérience en Thaïlande (religion, alimentation, hygiène de vie)

 

- Apprendre de nouvelles pratiques asiatiques paramédicales : les plantes, l’acuponcture… massage, tchiazu ? médecine traditionnelle.

 

- Se perfectionner dans l’anglais // Communiquer différemment (barrière de la langue) → avec les gestes entre autre.

 

- Découvrir de nouvelles pathologies spécifiques à la Thaïlande

 

- Venir en aide, dans la limite de nos compétences, à la population locale

 

- La Thaïlande fait partie des pays qui ont l’espérance de vie la plus élevée parmi les pays émergent, apprendre, comprendre leur « secret »

 

- Transmettre nos savoir-faire français = échange de culture

 

- Rôle de l'ide dans le dispensaire, les règles d'hygiène ? Formation infirmière ?

 

- Mener des actions infirmières auprès de la population locale

 

lea-guilbert-05.jpg

 

 

Le matériel médical était suffisant comparé à ce qu’on pensait. On ne s’attendait pas à tomber dans une des régions les plus pauvres de la Thaïlande (confrontation à la pauvreté). Les objectifs communs du projet ont été globalement atteints. En effet, nous avons réussi à s’adapter à une nouvelle culture, un nouveau climat, des nouvelles valeurs. Malgré la barrière de la langue nous sommes parvenues à prendre en soins les patients de manière adaptée. Nous avons appris et adopter de nouvelles pratiques de soins ce qui nous a permis une ouverture d’esprit. De plus, nous nous sommes intégrées à l’équipe de Takook Hospital. Cependant, nous n’avons pas découvert de nouvelles pathologies spécifiques, elles étaient similaires à celles rencontrées en France telles que le diabète, AVC, schizophrénie, Alzheimer…

 

Quant à nos 5h de décalage, nous nous sommes bien habituées !

 

lea-guilbert-06.jpg

 

Limites/difficultés :

 

Au début du stage pour nous, la barrière de la langue était difficile. Tant par l’anglais que par la frustration de ne pas communiquer directement avec nos patients thaÏ. Cependant nous nous sommes finalement plutôt bien adaptées, une solution a été trouvé : la communication non verbale ! Ainsi que quelques mots thaï bien pratique pendant les soins : bonjour, merci, chiffres de 1 à 9, douleur… Nous avons dû nous adapté au confort minimaliste de notre maison, gare aux maux de dos avec les matelas à ressorts, ou très durs ! De plus, non loin d’être des « Brigitte Bardot », nous cohabitions avec quelques reptiles et insectes qui je pense appréciés notre compagnie !  Enfin, l’alimentation thaïlandaise n’était pas au gout de toutes ! on avait hâte de retrouver la gastronomie française !

 

lea-guilbert-07.jpg

 

La logistique du projet :

 

Pendant la préparation de notre stage, nous avions quelques appréhensions en ce qui concerne la logistique (trajet en avion, déplacements, matériels médical sur place, prise en charge sur place).

 

Tout d’abord, en ce qui concerne les trajets aller-retour en avion, nous n’avons rencontré aucun souci. Pas de perte de nos valises, pas de retard important au moment des escales qui auraient pu nous faire rater l’avion. Cependant, sur le trajet du retour nous avons montré nos compétences sportives ( :D) afin de passer tous les contrôles car l’escale d’une heure a été réduite à 30minutes (petit coup de stress).

 

Par la suite, les déplacements sur nos temps-libres se faisaient en tuk-tuk. Pour le trajet entre notre lieu d’hébergement et notre stage, l’équipe de l'ONG (l’équipe de notre association) nous prenait en charge.

 

lea-guilbert-08.jpg

 

En ce qui concerne la circulation, il faut savoir que les piétons ne sont pas prioritaires, pas de passages piétons, le sens de circulation est inversé. Nous avons donc doublé de vigilance pour traverser.

 

Au niveau du stage, nous étions surprises du matériel médical que l’équipe disposait (gants, pansement, eau stérile, traitement..). De plus, nous avions une petite appréhension pour travailler pieds-nus. Finalement, ce fut très agréable ! La clinique était très propre.

 

La prise en charge de la part de notre association Freepackers a été parfaite !! Ils étaient toujours disponibles, à notre écoute, répondait à chacune de nos questions…

 

UNE EXPERIENCE HORS DU COMMUN​!!

 

Découvrez toutes les missions humanitaires pour un stage conventionné avec Freepackers!

lea-guilbert-03.jpg

Disclaimer: Freepackers ne sera pas tenu responsable du contenu publié par des tiers, journalistes, freelance ou bloggers. Toute accusation de plagiat concernant ces articles sera cependant étudiée, et les articles concernés seront supprimés le cas échéant.