Voir toutes nos destinations et activités

Financement participatif : comment choisir sa plateforme ?

Monde
Voir tous les programmes
Aventures

Le crowdfunding, vous connaissez sans doute. Ce type de financement, né au début des années 2000 et basé sur la participation de tout un chacun, est en plein essor. En France, 167 millions d’euros ont ainsi été collectés en 2015, contre plus de 400 millions d'euros en 2018, indique ainsi le site financeparticipative.org.

Dans le monde numérique dans lequel nous vivons, qui dit nouvelle pratique dit souvent nouvelles plateformes. Et le crowdfunding n’échappe pas à la règle. Il existe ainsi pléthore de sites proposant ce genre de services. Voici comment faire le tri.
 

wweeddoo-01.jpg
 

Des services généralistes, d’autres plus spécifiques

Tout d’abord, il faut choisir le service de financement participatif qui correspond à votre projet. Il existe des sites spécialisés dans le crowdfunding immobilier, d’autres dédiés aux agriculteurs (Miimosa par exemple), ceux orientés vers le monde du handicap (Humaid) ou au marché local (J’adopte un projet), les sites qui se destinent aux associations (HelloAsso), ceux pour les projets de jeunes (wweeddoo)… Et puis il y a les généralistes, plus connus, comme Kickstarter, Indiegogo, Ulule et l’incontournable KissKissBankBank.

Chacune de ces plateformes a son propre fonctionnement, et il convient de bien prendre en considération les conditions générales avant de se lancer. Mais nous pouvons vous donner quelques éléments de réflexions communs à tous ces services. À commencer par les trois grands types de financement qui coexistent sur le marché.

  • le don, qui s’effectue avec ou sans contreparties, mais qui ne peuvent être financières ;
  • le prêt, gratuit ou rémunéré ;
  • l’investissement, via la souscription de titres de capital ou de créance, et dont la contrepartie est la participation aux éventuels bénéfices du projet.

Dans le cadre qui nous intéresse ici, à savoir celui du voyage humanitaire, le don est le système le plus utilisé.

 

wweeddoo-02.jpg
 

Attention aux sites frauduleux !

L’encadrement législatif du financement participatif a été largement renforcé ces dernières années. Ainsi, toutes les plateformes de finance participative sont tenues de respecter la réglementation et les obligations correspondant aux activités exercées.

Comment reconnaître un site digne de confiance ? En repérant le label « Plateforme de financement participatif régulée par les autorités françaises », qui signale les plateformes en conformité avec la réglementation française. Par ailleurs, chaque service de ce type doit être immatriculé en tant qu’intermédiaire auprès de l’ORIAS sous un numéro d’immatriculation qu’il est simple de contrôler (en utilisant le champ de recherche dans le coin supérieur droit du site).

Pour rappel, enfin, les plateformes de financement participatif ne sont pas autorisées à faire de démarchage financier.
 

 

wweeddoo, le financement participatif dédié aux projets des jeunes de 13 à 30 ans

Ne nous le cachons pas, les jeunes personnes sont souvent déconsidérées au moment de proposer un projet, et de partir à la recherche de financement. Elles sont souvent mal renseignées, et finissent souvent par se décourager.

Pourtant, ces jeunes gens sont souvent pleins d’énergie, emplis de cette petite dose de naïveté qui leur permet encore de croire à l’impossible. Leur donner la possibilité de mener à bien leurs projets, c’est la mission que s’est donnée le site wweeddoo.com.

Spécialisé dans l’accompagnement des jeunes porteurs de projets, ce site propose conseils et outils pour récolter des fonds, offre de la visibilité à leurs projets, et permet bien entendu de lancer une campagne de financement participatif. Il est aussi possible de participer à des appels à projets et de récolter des contacts ou des conseils grâce à une large communauté de partenaires (associations, entreprises, collectivités, institutions…).

Quelques exemples des projets en cours de financement sur wweeddoo : une intervention solidaire en ergothérapie avec des structures locales, enseigner le français aux orphelins du Zimbabwe, rejoindre une ONG locale pour enseigner des gestes de premiers secours, ou encore sillonner les régions enclavées du Sénégal afin de dispenser des soins gratuitement et offrir des fournitures scolaires aux enfants de villages.

Cerise sur le gâteau : ce site ne prend pas de commission sur vos financements. De quoi séduire ceux d’entre vous qui souhaitent récolter des fonds pour effectuer un voyage humanitaire.
 

Découvrez nos projets de volontariat international

 

wweeddoo-03.jpg

Disclaimer: Freepackers ne sera pas tenu responsable du contenu publié par des tiers, journalistes, freelance ou bloggers. Toute accusation de plagiat concernant ces articles sera cependant étudiée, et les articles concernés seront supprimés le cas échéant.