Voir toutes nos destinations et activités

Notre premier job en fruit picking en Australie

Australie
Voir tous les programmes
Working Holiday

Manly-beach.jpegArrivés le 5 mars 2013 à Sydney avec un Working Holiday visa en poche, notre projet est de faire le tour de l’Australie via, entre autre, Sydney, Melbourne, Adelaide, Alice Springs, Dar- win, Cairns et Brisbane, de tester sa gastronomie (Burgers, Cheesecakes, Vegemite,...), de rencontrer sa faune (kangourous, koalas, lamas, dromadaires, araignées,...) et bien entendu ses habitants.


Point de départ: Sydney !


Objectif: profiter de la ville, de son soleil et son activité pendant deux ou trois semaines avant de commencer à chercher du travail. Après 4 jours passés sur place, c’était devenu évident, Sydney coûte cher, trop cher !

Il faut trouver du travail dès maintenant ! Les salaires en Australie sont en général attractifs et payés à la semaines, ce qui compense le coût de la vie. Encore faut-il trouver le job qui vous fera gagner AUD$1000/semaine avec un WHV !


Malgré les nombreux échos que nous avions eu sur le travail en Australie, sur la facilité à trouver un job quand on est français et sur les nombreuses opportunités qui s’offrent aux backpackers, trouver un boulot à Sydney s’est avéré être quelque peu compliqué ! Les offres d’emplois en temps partiel sont assez récurentes, peu importe le domaine d’activité. Il est donc parfois plus judicieux de cumuler deux temps partiels.


Pour répondre aux critères d’un plus grand nombre d’offres d’emploi, nous avons passé notre RSA (Responsible Service of Alcohol) qui permet de travailler dans n’importe quel restaurant et/ou café et autre établissement vendant de l’alcool. Ce certificat est obligatoire et différent dans chaque Etat australien et vous coûtera entre AUD$70 et AUD$130. Anthony a, de son côté, passé la “White Card” qui permet de travailler sur les chantiers. Là aussi, c’est obligatoire et coûte environ AUD$85.


Premier entretien: Société de Fundraising


Sydney.jpegLe fundraising a pour but de récolter des fonds pour différentes organisations caritatives, et pour cela ils embauchent beaucoup, principalement des backpackers. Nous avons été contactés par un recruteur pour paticiper à une session d’embauche.


Première épreuve: cinq heures d’ entretien éliminatoire en groupe d’une douzaine de candidats. Deuxième épreuve pour les survivants: mise en situation dans les rues de Sydney. Seuls deux candidats ont finalement été sélectionnés pour la formation qui précède la periode d’essai.


Les backpackers peuvent, grâce à un gros turnover dans ce type de société, trouver assez fac- ilement un job dans les grandes villes. Nous n’avons pas été sélectionnés à cause de notre niveau anglais encore trop faible lors de nos premiers jours en Australie.
Lors de nos recherches de job sur internet, il nous a paru évident de refaire nos CV “à l’ Australienne”. Pour ce faire, direction Australian Backpackers Jobs pour un lifting de CV. Australian Backpackers Jobs est un organisme qui propose son aide aux backpackers à la recherche d’un emploi en les aidant à refaire leur CV, dans leurs démarches et en mettant à leur disposition une base de données d’offres d’emploi exclusives. L’ équipe a su être très réactive à nos besoins en nous dirigeant vers des annonces ciblées cor- respondantes à notre projet de voyage et vers un premier boulot dans le “Fruit Picking”


Premier job: le Zucchini picking ! (cueillette de courgettes)


Zucchini-picking-team.jpegSuite à un bref entretien téléphonique nous expliquant les grandes lignes du job, nous voilà partis direction Young, à environ 3h30 de route de Sydney, afin de rencontrer l’équipe... et nos courgettes !


Certaines fermes vous paient à l’heure, ici, nous sommes payés au seau. Les courgettes pous- sent au ras du sol, nous passons donc la journée le dos courbé, les mains gantées, équipés d’un couteau et quelque peu harcelés par les mouches qui adorent se poser sur nos visages en sueur.
Qu’ on se le dise, la courgette ne rapporte pas gros, le travail est dur, mais l’ambiance de la “team” et les barbecue (et le Voltarène) ont été suffisants pour nous convaincre de rester jusqu’aujourd’hui...


La suite de nos péripéties/aventures/galères au prochain article !
Adelaïde et Anthony www.tripofkoala.com

Disclaimer: Freepackers ne sera pas tenu responsable du contenu publié par des tiers, journalistes, freelance ou bloggers. Toute accusation de plagiat concernant ces articles sera cependant étudiée, et les articles concernés seront supprimés le cas échéant.