Voir toutes nos destinations et activités

Volontariat international : comment éviter les arnaques

Monde
Voir tous les programmes
Volontariat International

Chers lecteurs, 

 

Nous venons de lire un article publié dans Libération, qui traite des abus et des arnaques du  "volontourisme". Plus qu'informatif, cet article cite un grand nombre d'exemples des missions humanitaires et projets de volontariat international à éviter. Voici un petit résumé et quelques compléments d'informations pour vous mettre en garde contre les abus des "usines à volontariat".

 

Exemples de missions de volontariat "arnaque"

 

- les missions de volontariat dans les orphelinats

- les missions de volontariat où l'on vous promet des postes de manager / coordinateur

- les missions humanitaires visitées par les touristes pour une journée, genre "circuit humanitaire"

 

Explications

 

Les orphelinats et les refuges animaliers des proies faciles

 

Beaucoup de critères sont à prendre en compte lorsque l'on choisit de s'investir dans un projet de volontariat international. Il faut par exemple faire très attention lorsqu'il s'agit de projets humanitaires avec les enfants ou les animaux - "proies" faciles pour attirer et apitoyer les volontaires internationaux.  Evitez les missions humanitaires en orphelinat par exemple, et préférez les centres d'accueil de jour, les écoles ou les garderies. Dans les 3/4 des orphelinats en Asie, les enfants ont des parents et servent d'appât aux participants. Pour les animaux, il en est de même...les fameuses "fermes de lions" en Afrique, soit disant orphelinats pour lionceaux abandonnés, ne sont autre que des élevages pour la chasse - les volontaires contribuent à leur insu à un commerce malhonnête et cruel.

 

Les fausses promesses de postes

 

Comme le décrit l'article avec les missions humanitaires médicales, il faut aussi prendre garde aux "promesses de postes". Certains organismes proposent des postes de managers aux volontaires, qui une fois sur place, pensent qu'ils peuvent donner des ordres au personnel soignant local. Or les volontaires sont là pour apprendre, aider et pourquoi pas proposer des initiatives. Ce sont les termes stage, formation ou assistance qui seront à privilégier sur toute mission humanitaire.

 

Les circuits humanitaires

 

Les dons de matériel et de nourriture doivent provenir de l'organisme sur place, et non des volontaires. Certains projets peuvent parfois demander aux volontaires de contribuer dans ce sens, mais ce n'est en aucun cas obligatoire ni fréquent. La présence de touristes sur des missions humanitaires est souvent très douteuse, il n'y a aucun interêt pour les enfants de voir défiler une ribambelle d'étrangers tous les jours dans les centres. Pour les refuges animaliers, c'est différents. Certains refuges ouvrent leurs portes aux visiteurs dans des buts éducationnels ou pour s'autofinancer. Par contre, les intéractions avec les animaux doivent être minimes voire inexistantes. Si le centre organise des ballades à dos d'éléphants ou des câlins avec les lionceaux, à bannir!

 

 

Comment éviter de tomber dans le piège?

 

Quelques questions à poser aux organismes de volontariat avant de choisir un projet :

 

- L'ONG sur place est-elle accréditée?

- qui sont les fondateurs de l'ONG?

- travaillez-vous avec des organismes locaux ou gouvernementaux sur chaque projet?

- comment sont répartis les coûts?

- quels sont les résultats actuels de ce projet?

 

Bien sur il est toujours difficile de "détecter" les projets malhonnêtes, mais si vous prenez la peine de faire quelques recherches en ligne, de trouver des témoignages ou de savoir si le projet est établi à long terme, cela réduira énormément les risques d'erreur. 

 

Lire l'article sur Libération : Tourisme humanitaire : la vrai fausse pitié 

 

Disclaimer: Freepackers ne sera pas tenu responsable du contenu publié par des tiers, journalistes, freelance ou bloggers. Toute accusation de plagiat concernant ces articles sera cependant étudiée, et les articles concernés seront supprimés le cas échéant.